Review

Un litre de larmes, LE drama qui porte bien son nom

By Keitsuya
Nov 05, 2017 17:02

Ichi rittoru no namida (One Litre of Tears, Un litre de larmes) n’a pas volé son titre. Basé sur des faits réels, l’histoire s’appuie sur les événements décrits dans le journal d’Aya Kito, une jeune femme touchée par l’ataxie de Friedreich.   

Un drama de 11 épisodes diffusé à l’automne 2005 et réalisé par Murakami Shosuke (Zettai Reido, Hanzai Shoukougun) et Kinoshita Takao (Career, Mei-chan no Shitsuji) soit 506 minutes de larmoiement (oui ce mot existe) intense. Et pour les plus masochistes, deux épisodes SP viennent conclure l’histoire, cinq ans après la fin du récit.

Nous suivons donc l’histoire d’Ikeuchi Aya interprété par l’actrice et chanteuse Sawajiri Erika (Helter Skelter, Taiyou no Uta) touchée par la maladie de Friedreich, son combat contre cette dernière, et sa lutte désespérée pour vivre. En somme, une série touchante, bouleversante à chaque épisode, où amour et espoir l’emportent sur lamentation et fatalité.

Un scénario bouleversant et cohérent

Aya est une jeune fille pleine de vie, sportive et ambitieuse. Elle vient tout juste d’entrer au lycée, lorsqu’à la suite d’un contrôle médical, elle découvre être atteinte d’une maladie incurable : l’ataxie spinocérébelleuse aussi appelée ataxie de Friedreich. Cette maladie se caractérise par une dégénérescence de la moelle épinière et du cervelet. A seulement 15 ans, Aya apprend que ses jours heureux et insouciants sont comptés. La maladie lente mais progressive dont elle souffre lui fera perdre le contrôle de sa motricité, le sens de l’orientation, celui des distances, puis la parole.

La nouvelle lorsqu’elle tombe, et elle ne tarde pas à tomber, chagrine bien que le résumé et le titre ne laissent place à aucun suspense à ce niveau-là. La mise en scène est réussie et les sujets traités réalistes bien que romancés. Si les réalisateurs ont pris des libertés dans cette adaptation, elles ne sont pas évidentes à déceler. Le scénario nous plonge au cœur de l’histoire qui touche l’enfant gravement handicapé par des phases incontournables : Diagnostic, acceptation, difficultés à reconnaître le statut du handicap, le besoin de l’autre pour les tâches quotidiennes, la confrontation au regard de l’autre, méprisant ou maladroit …

Des personnages évolutifs et nécessaires

Bien qu’Aya soit le personnage principal de cette histoire, il y a autour d’elle tout un éventail d’individus qui marquent les esprits, par leur présence, leurs actes, leurs mots. Que cela soit les personnages secondaires tels que la famille d’Aya qui la soutient chaque jour, son médecin ou juste la camarade de classe agacée par les conséquences de ce handicap, chaque personnage a son rôle à jouer, et le fait bien. Mention spéciale à l’actrice Yakushimaru Hiroko (Kisarazu Cat's Eye, Kuruma Isu de Boku wa Sora wo Tobu)  qui interprète le rôle d’Ikeuchi Shioka, la mère d’Aya. Elle est forte, elle est fragile, elle est aimante, elle est une mère, battante comme sa fille. De façon générale, le jeu des acteurs bien qu’il pourrait être amélioré est réussi, si ce n’est le rôle du père qui paraît parfois un peu décalé. Autre grand nom qui s’ajoute au casting : Nishikido Ryo, idole japonaise issue du groupe Kanjani8 et ancien membre du groupe NEWS, qui interprète Asou Haruto, un camarade de classe d’Aya. Des avis bien tranchés sur le monde et l’espèce humaine, des airs de badboy comme l’entreprise de la JE aime en donner à ses idoles, Asou n’en est pas moins un personnage intéressant qui tend à se développer au fil des épisodes, à mûrir, tout en prenant conscience qu’il n’est au final encore qu’un enfant. En bref, cette lutte n’est pas seulement celle d’Aya, mais le combat de toute une famille, de tout un entourage proche. C’est une spirale qui entraîne chaque personnage en son sein.

Des thèmes difficiles, mais abordés avec justesse

La maladie chronique et incurable qui apporte avec elle son lot de questionnements, de réponses qui n’en sont pas vraiment, de tristesse, d’accablement et d’impuissance. La famille, qui se doit de soutenir mais qui souffre, parce qu’elle voit son quotidien changer, ses fondations être ébranlées, et qui doit faire face aux doutes et incertitudes quant à l’avenir. L’amour, inconcevable et pourtant omniprésent car nécessité absolue pour continuer d’avancer. Tant de thèmes abordés avec justesse dans ce drama qu’est Ichi rittoru no namida et qui trouvent chacun leurs sous thèmes : la solitude à travers le couple,  la relation fusionnelle mère/fille, l’amour fraternel, l’amitié… Mais le thème le plus marquant, celui qui porte l’histoire entière c’est l’espoir, l’envie de vivre, de penser à la vie, de profiter de chaque moment. L’optimisme d’Aya à travers les mots qu’elle écrit dans son journal et sa façon d’être au quotidien est troublant, mais communicatif.

Ichi rittoru no namida fera verser un litre de larmes par épisode aux plus sensibles d’entre vous, mais ne laissera indifférent aucun individu normalement constitué. Les musiques seront là pour encourager vos glandes lacrymales à faire leur boulot le cas échéant, vraiment, elles savent exactement où démarrer les premières notes pour achever tous vos efforts de résistance. Merci au groupe Remioromen. Enfin, les photos d’Aya Kito et les extraits de son journal présentés à chaque générique de fin portent jusqu’au bout le sentiment de réalité, cruelle, injuste mais terriblement touchante vécu par Aya et son entourage.

Notation 

OST ♥♥♥♡♡

Emotion ♥♥♥♥♡

Scénario ♥♥♥♡♡

Personnages ♥♥♥♡♡

Jeu des acteurs ♥♥♥♥♡

 

Synopsis :

Ikeuchi Aya est une adolescente pleine de vie qui rêve d’entrer au lycée Higashikou, où étudie son senpai du club de basket dont elle est secrètement amoureuse. Seulement, le jour de l’examen, elle s’endort dans le bus et manque son arrêt. Dans la précipitation, elle tombe et fait la rencontre d’Asou Haruto, un collégien qui se retrouve lui aussi à passer le même examen d’entrée. Le hasard faisant bien les choses, ils se retrouvent dans la même classe. Tout semble aller pour le mieux dans la vie d’Aya mais très vite, le verdict tombe : Elle est atteinte d’une maladie rare et incurable.

Genre : Drame,Amour & Amitié,Famille,Faits réels

MV

Acteurs principaux :

  • Sawajiri Erika : Ikeuchi Aya
  • Nishikido Ryo : Asou Haruto
  • Yakushimaru Hiroko : Ikeuchi Shioka
  • Jinnai Takanori : Ikeuchi Mizuo (Père d’Aya)
  • Narumi Riko : Ikeuchi Ako (Sœur d’Aya)
  • Fujiki Naohito : Mizuno Hiroshi (Médecin)

Mots clés : J-DRAMA