Review

RDG : Red Data Girl donne envie de bouquiner

By Keitsuya
Dec 19, 2017 20:40

Red Data Girl est l’adaptation animée d’une série de livres à succès au Japon. La série a débuté en 2008 sous les plumes d’Ogiwara Noriko (La sorcière de l’Ouest) et Sakai Komako (Jour de neige), tandis que Kishida Mel (Kamisama no Memo-chou) s’occupait des designs des personnages. Ce titre comprend donc les six romans d’origine, une adaptation manga de cinq volumes dessinés par Kotone Ranmaru (Your name, La Traversée du Temps) et enfin 12 épisodes issus du studio d’animation P.A.Works (Charlotte, Another) diffusés au printemps 2013.

Religion, folklore et problèmes d’ados

Nous suivons l’histoire de Suzuhara Izumiko, une jeune fille  sensible, un peu en marge mais non pas moins appréciée de ses camarades de classe. Douce et réservée, elle se retrouve embringuée malgré elle dans une histoire qui la dépasse totalement par les adultes qui l’entourent. Le public visé par les romans est sans nul doute un public féminin. On retrouve en effet dans cet anime toutes les problématiques typiques du genre shojo : amitiés nouvelles, romance, sentiments inavoués, vie scolaire … La touche d’originalité cependant ne tarde pas à se dévoiler.

Izumiko n’est pas une adolescente ordinaire. Elevée dans un sanctuaire caché depuis sa naissance, elle a toujours été protégée par sa famille. Et pour cause, elle détient sans le savoir un pouvoir spirituel des plus puissants. Alors qu’à 15 ans, elle décide d’enfin prendre sa vie en main et de vivre comme les filles de son âge, ses parents décident de :

  • Lui coller un domestique
  • La faire entrer dans un lycée où étudient moines-guerriers, exorcistes et familiers

Du conseil des étudiants à l’invocation d’esprits, en passant par la période cruciale des examens et la sortie scolaire, Red Data Girl n’omet pas d’évoquer toutes les étapes de la vie du lycéen japonais moderne, sur un ton léger contrastant avec la trame de fond aux allures bien plus obscures et mystérieuses.

Une animation sublime et des personnages attachants

Sous ses airs fragile et franchement pas dégourdie des premières minutes, Izumiko se révèle être un personnage mystérieux pour ne pas dire mystique. Elle soulève à elle seule plusieurs intrigues et son comportement devient rapidement compréhensible. Sagara Miyuki laisse quant à lui un sentiment mitigé durant plusieurs épisodes. Son attitude vis-à-vis de la jeune fille qu’il est censé protéger et de la situation en elle-même est plutôt brouillon.

Les personnages secondaires restent pour leur part intrigants pour certains, malgré quelques apparitions totalement dénuées de bon sens et des relations tendues inexpliquées (Non, Sasuke n'est pas le pire papa au monde).

Un coup de cœur particulier pour la fratrie Souda, dont l’histoire semble cependant prendre le dessus sur l’intrigue principale soulevée au tout début de l’anime.

Enfin, on ne peut que remarquer le superbe travail des équipes d’animation. Les paysages sont magnifiques, le chara-design est à tomber, les décors enchanteurs et angoissants, les couleurs donnent un aspect franchement vivant aux images qui défilent et l’envie nous prend de nous balader le long des chemins sinueux et boisés menant au temple de Kumano, lieu de pèlerinage inscrit au patrimoine mondial. Les musiques sont également appréciables, et le chant d’Izumiko nous attire définitivement avec elle dans son univers.

 

Une histoire courte, difficile à saisir mais pas inaccessible

Comme beaucoup d’adaptations animées issues de Light Novel, Red Data Girl subit les frais des limites scénaristiques imposées par le format de 12 épisodes. Le plus gros reproche que l’on peut faire à cette série est le nombre de bonnes idées laissées à l’abandon au profit d’autres plus stéréotypées quoique bien amenées. En outre, quelques intrigues principales passées au second plan, et non résolues telles que la capacité particulière d’Izumiko, qui prend vraisemblablement une place importante dans sa vie et apparaît dès le premier épisode pour ne plus réapparaître avant le dernier, ou encore les « méchants » aux rôles indéfinis. En cause, une adaptation animée qui ne porte que sur les cinq premiers volumes du roman. Le découpage et notamment les ellipses déstabilisent au point de se demander à plusieurs reprises si on n’a pas loupé un épisode. Attention notamment à l’ending qui n’arrive pas toujours à point nommé et a une fâcheuse tendance à nous faire manquer les dernières minutes de l’épisode, pour peu qu’on « zappe ». Les retournements de situations sont relativement perturbants la plupart du temps et les subtilités des dialogues et des thématiques abordées ne sont pas toujours évidentes pour le spectateur occidental non initié aux religions et mythes japonais.

Cependant cela n’enlève rien au charme général de la série qui donne envie de se plonger dans les romans pour tenter de déceler tous les secrets gardés jalousement par les auteurs !

Notation

OST ♥♥♥♡♡

Emotion ♥♥♡♡♡

Scénario ♥♥♡♡♡

Graphisme ♥♥♥♥♡

Personnages ♥♥♥♡♡

Synopsis :

Suzuhara Izumiko a grandi dans un sanctuaire caché dans les montagnes Kumano. C’est une jeune fille timide qui, mystérieusement, détruit tout appareil électronique qu'elle touche. Protégée par sa famille depuis toujours, elle décide de tout changer et de mener une vie normale comme les autres filles. A 15 ans donc, elle quitte ses montagnes pour intégrer une école en ville, aux côtés de Sagara Miyuki, destiné à être son serviteur. Tous deux ne tarderont pas à découvrir que l’établissement fréquenté est loin d’être une école ordinaire mais également qu’un lourd destin attend Izumiko.

Genre : School Life,Fantastique,Mystère,Amour & Amitié,Folklore

Trailer

Mots clés : ANIME