Japan Expo
Review

Grendel, l'histoire d'un duo atypique

By Lassia
Jun 09, 2018 22:51

• Le point technique
Grendel est une série terminée en 3 volumes de la mangaka Mako Oikawa, connue au Japon pour son autre œuvre inédite en France, Hana Oni Tobira no Sakaimeya-san.
Grendel a débuté au Japon en 2016 dans le Comic Zenon, avant d'être édité par Tokuma Shoten. En France, le manga est édité par Komikku.

Le premier tome de la série est sorti le 31 Mai, et coûte 8.50€ pour un tome de 196 pages. Les dimensions sont quasiment les mêmes que son collègue Devil Inside, soit 13.3cm sur 18cm. En somme, je trouve que c'est un peu cher. Devil Inside coûtait 7.90€ pour pratiquement la même quantité de pages. Cependant, la qualité de l'encre et du papier sont toujours aussi bonnes chez Komikku.


• La jaquette
Ici, Grendel a droit à une jolie couverture mate (mais qui n'a pas l'air de s'abimer à la moindre griffure). Les couleurs sont dans les tons pastels et on peut y voir les deux personnages principaux sur le recto, et les personnages secondaires au verso. Encore une fois, comme pour Devil Inside, la série bénéficie d'une jaquette extrêmement similaire à l'originale, ce qui est très bien. Enfin, pour ce qui est de la couverture du manga, elle est sobrement noire, avec le titre de la série et des bordures de décoration florales.


Couverture japonaise


Couverture française


Quatrième de couverture française

• Contenu
Le titre débute sur des pages couleurs, dont une double page vraiment canon. Le trait est relativement différent des mangas habituels ce qui m'a plus fait penser à de la BD classique, mais qui est assez agréable à l'œil. Rares sont les cases sans décor, et ce qui m'a vraiment plu dans ce manga, c'est que ça dépayse un peu. Bah ouais, pour une fois que ça ressemble au Moyen-Age européen, et pas japonais! Même si j'adore l'ère Edo et l'époque des samourais, ça m'a fait plaisir de découvrir sous un nouvel angle l'aspect moyenâgeux européen (je ne connais peut-être pas suffisamment d'autres mangas de ce style?), même si il y a une bonne dose de fantastique et que les lieux ne sont pas du tout réels.

Enfin bref, tout ça pour dire que l'aspect "réaliste" de cette période est très bien retranscrit, d'autant plus que le fantastique a une place prépondérante et étonnement naturelle. L'histoire tourne donc autour de Grendel, l'enfant dragon, et Camélia, la traitresse du royaume. On apprend à découvrir les personnages qui, finalement, sont bien différents de ce qu'on croit au début. Camélia et Grendel sont vraiment opposés, et on aime voir comment leur relation évolue et comment ils s'en sortiront dans ce monde riche qu'est celui de la série. L'auteur a vraiment fait un beau travail de background, autant sur le monde que sur les personnages. En effet, on alterne entre l'épopée de ce duo atypique et la vie du pays de Camélia, notamment le peuple et la relation qu'il a avec ses souverains et ses protecteurs. Et on s'y intéresse, ce n'est pas barbant, on a pas envie de zapper pour retrouver notre guerrière et notre dragonnet. D'ailleurs, Camélia est certes très forte, mais elle a ses limites, reste humaine, et ça c'est cool.

Notre duo me plait énormément pour une chose : Grendel est vénéré, et Camélia lui parle comme à un véritable enfant, lui fait des réprimandes en se fichant de son statut que lui a donné son pays. Mais en même temps, l'obligation de le protéger deviendra sûrement une véritable envie, en lui faisant découvrir ce monde duquel on l'a privé depuis toujours.

Enfin, le seul doute que je pourrais avoir, ou plutôt un questionnement qui, je l'espère, s'expliquera par la suite dans les deux autres tomes. C'est tout simplement le fait que Camélia pleure en ressentant la douleur de l'adversaire. Je n'arrive pas à comprendre si c'est dû à un élément surnaturel/magique, puisque la magie est omniprésente dans la série, ou alors tout simplement une sensibilité accrue ou une capacité qui lui est propre. De plus, moi qui ait un certaine sensibilité vis-à-vis des animaux, je vous avoue que pour les âmes sensibles, vous aurez sûrement, comme moi, un peu de mal à regarder les pages du dépeçage de lapin auquel on assiste, et de façon terriblement réaliste (erk). Mais Grendel nous gratifie d'une phrase que j'ai beaucoup apprécié, prouvant toute la sagesse de ce dragon malgré son jeune âge (enfin, je suppose, c'est un enfant?).

Le tome se termine sur un joli turning point qui nous donne envie de nous jeter sur le suivant mais qui ne paraitra que le 28 Août. Grendel nous dévoile un aspect insoupçonné du mignon petit dragonnet qu'on connait… J'ai hâte de voir la suite, et de voir comment notre duo va s'en sortir. En attendant vous pouvez découvrir l'extrait de la série ici.

Amateurs d'aventure, d'action et de dragon, c'est une série très sympa. En 3 tomes, ça ne vaut pas la peine de se priver !

Synopsis :

“Je veux vivre !” 

Camélia, une chevalière d’exception, va être exécutée pour trahison. Le roi lui propose une chance d’éviter la mort si elle accepte une mission : elle devra escorter un jeune dragon, le dernier de son espèce, dans un lieu sûr en traversant de dangereuses contrées. Voulant vivre à tout prix, elle accepte et entreprend un long périple avec son protégé, mais elle cache en elle un terrible secret… Un voyage périlleux et intense dans un monde heroic fantasy fascinant !

Genre : Drame,Aventure,Fantastique

Mots clés : REVIEWS