Review

Gakuen Babysitters : Un club pas comme les autres!

By Keitsuya
May 14, 2018 23:03

On m'accuse en coulisses de faire des reviews de vieux animes alors cette fois parlons d'un anime tout neuf! (Ne vous y habituez pas, je me suis le coltinée en 2 jours juste pour vos beaux yeux, sans certitude qu'ils soient beaux, vos yeux.) Hiver 2018 donc, Gakuen Babysitters débarque sur les écrans grâce au studio Brains Base (Baccano!, Blood Lad, Cheer Danshi!!) et Tokeino Hari, auteur du manga éponyme sorti en 2009 que vous pouvez retrouver aux éditions Glénat depuis 2014. Le manga qui contient jusque-là 14 tomes en France et 17 dans son pays d'origine est d'ailleurs toujours en cours. Pour le format anime, nous avons 12 épisodes disponibles en streaming chez ADN.

 

Ca chouine. Un peu, beaucoup, à la folie!

Ca chouine. Mais qu'est-ce que ça peut chouiner, brailler, couiner… Pas étonnant vu qu'il s'agit d'un anime portant sur l'enfance. Fermez les yeux et imaginez-vous un lycée japonais comme il en existe dans tous les animes. C'est bon, vous y êtes? Bien. Maintenant, comprenez que, pour permettre aux jeunes mamans de travailler, le lycée propose un service de crèche. Sympa, l'idée, hein?

Nous y voilà donc. Ryuchi est un adolescent livré à lui-même après la mort de ses parents, avec pour seule famille son petit frère Kotaro. Un beau jour, la directrice du lycée-crèche les recueille à condition que Ryuchi intègre le club des Babysitters (Ouais. Le base-ball c'est Has been.)

Et ça chouine, mon dieu que ça piaille!

 

 

Ca chouine, mais c'est touchant.

Le concept de la crèche intégrée à l'établissement scolaire est intéressant lorsqu'on sait qu'au Japon, la plupart des femmes arrêtent de travailler une fois mariées et mères. Ainsi, la crèche permet aux jeunes mamans toutes professeurs de garder leur indépendance financière, et un statut social et professionnel en plus de leur statut marital, tout en étant proches de leurs petits monstres et ainsi éviter le regard désapprobateur de la société.

Chaque épisode suit ainsi un schéma globalement identique : Nos jeunes mamans posent leurs monstruosités à la crèche, et s'en suivent les aventures de ces adorables suppôts de Satan encadrés par leurs Babysitters, soit deux lycéens et un ancien élève, unique employé à temps plein de la crèche. Que dire à part que Gakuen Babysitters se démarque par un contraste assez exceptionnel entre la légèreté de chaque histoire et la sensibilité profonde qui tend à maltraiter nos glandes lacrymales et nous forcer au sourire attendri en même temps?

La relation entre Ryuchi et Kotaro apparaît également comme un contraste de celle de Kamitani, camarade de classe de Ryuchi et Taka, petite terreur de la crèche. Un quatuor qui émeut aussi bien qu'il fait sourire avec malice, car Kamitani est un de ces personnages assez stéréotypés que l'on aime voir évoluer ailleurs que dans un nekketsu : Le mec détaché, un peu badboy et handicapé sentimental.

 

 

Des personnages complètement barrés, pénibles mais attachants

Qu'il s'agisse des enfants ou des lycéens, sans parler des adultes! La grande majorité des personnages a un grain, si ce n'est un trait de personnalité absolument décalé (On est d'accord que les saignements de nez dans les animes visent à censurer une certaine vigueur apparente dans les mangas?) lorsque ça ne le rend pas tout bonnement insupportable (surtout un père, en particulier, vous verrez). Pourtant, ils n'en sont pas moins attachants et on se prend vite au jeu de leur pardonner leurs personnalités bancales parfois insipides, même si certains personnages auraient mérité d'être davantage creusés.

Un grand merci à Kamitani et ses claques à répétitions (Nda : Frapper un enfant est interdit, ne reproduisez pas ça chez vous, sauf si vous voulez aller en prison ou pire qu'il se mette à brailler à plein poumons!) qui viennent réconforter nos petits tympans à chaque épisode… Ou pas!

Si la romance est présente quoiqu'abordée très brièvement, l'amour prend une place considérable tout au long de l'anime où le personnage de Ryuchi semble évoluer et grandir à chaque histoire, chaque rencontre - qui introduisent un nouveau personnage assez maladroitement. De manière générale, l'histoire reste celle d'un School Life classique avec ses traditionnelles scènes de festival, de sortie à la plage, de Noël, sans oublier bien sûr la Saint Valentin. Cependant ces thèmes vus et revus sont cette fois-ci abordés d'un œil plus enfantin et c'est tant mieux!

Un anime léger aux défauts nombreux que nous ne prendrons pas le temps de décortiquer pour ne pas spoiler, mais un anime agréable à regarder (si vous ne travaillez pas déjà dans un endroit bruyant et que vous ne souhaitez pas vous détendre après une longue et laborieuse journée). Une fois passé le chara-design d'Ozawa Mina (Youkai Watch, SAO, Danganronpa The Animation) qui, à défaut d'être un obstacle est quand même assez perturbant dans un premier temps : Les enfants sont dessinés à la manière chibi, soit disproportionnés, et extrêmement courts sur pattes. De quoi se ruiner le dos lorsqu'on leur tient la main.

Heureusement, nous le savons, les persos d'anime sont solides!

 

 

Notation

OST ♥♡♡♡♡

Emotion ♥♥♥♡♡

Scénario ♥♥♡♡♡

Graphisme ♥♥♡♡♡

Personnages ♥♥♡♡♡

 

Synopsis :

Après la mort de leurs parents dans un accident, Ryuichi et Kotaro sont recueillis par la directrice d'une école d'élite. En échange d'une sécurité financière et d'une scolarité haut de gamme, Ryuichi droit travailler pour l'établissement et intégrer un club particulier ... Le club des Babysitters! 

Genre : School Life,Comédie,Slice of life,Famille

Trailer

Série complète disponible sur AnimeDigitalNetwork.

Mots clés : ANIME