Review

Da Hai : Quand la Chine défie Ghibli

By Keitsuya
May 13, 2018 22:00

Da Yu Hai Tang (Big Fish and Begonia) est un long métrage chinois sorti en salles en 2016. Il aura fallu douze années à ses créateurs Liang Xuan et Zhang Chun pour réaliser et présenter cette œuvre poétique inspirée des contes taoïstes. C'est au studio d'animation coréen Mir, entre autres, qu'est confiée l'animation de ce film, tandis que les bandes sons ont toutes été composées par Kiyoshi Yoshida (La Traversée du Temps).

Plongée au cœur d'une aventure humaniste et initiatique

Les premières minutes sont décisives car, si vous êtes comme moi dérangé (e ) par les tonalités de la langue chinoise et pensez donc ne pas tenir le coup pendant 90 minutes, le miracle de l'animation vous cloue sur place et vous met au défi d'arrêter là votre visionnage. Et c'est du haut niveau! Des effets sonores qui vous plongent dans un océan intrigant, et une narratrice à la voix âgée et sage qui vient vous conter les prémices d'une histoire placée sous le signe de l'amour inconditionnel et universel, du sacrifice et de la rédemption, le tout avec un petit rire un tantinet diabolique qui laisse croire à un enchaînement de rebondissements.

Cette narratrice, c'est Chun, aujourd'hui âgée de plus de cent ans. Et elle nous conte l'histoire d'une jeune fille appartenant à la communauté des Esprits, son histoire. Une narration qui ajoute une touche de sensibilité et créé une relation de proximité avec le spectateur, l'incitant à vouloir en découvrir davantage. Pour marquer le coup de son passage à l'âge adulte, Chun est envoyée durant une semaine dans le monde des hommes sous la forme d'un dauphin rouge. Et c'est là que vous sortez vos kleenex. (Sans vouloir faire de placement de produits, évidemment.)

Lors de son voyage initiatique, Chun rencontre un jeune homme avec qui elle garde ses distances, jusqu'au moment où ce dernier lui vient en aide. Bien déterminée à lui rendre la pareille, Chun se lance dans une quête interdite où la maîtrise de l'animation n'a d'égal que la sensibilité des thèmes abordés.

 

 

Immersion au cœur d'un monde autonome

Les hommes ne descendent plus des singes. C'est le poisson (et notamment dauphins et baleines) qui est à l'honneur dans cette œuvre toute en poésie et délicatesse, réalisée d'une telle manière que chaque image est à couper le souffle et n'a rien envier aux studios Ghibli qui ont marqué notre culture de la japanimation.

Si le ton donné dans un premier temps est lent, il a au moins le mérite de présenter l'univers dans lequel se placera toute l'action : Un monde où la communauté est soudée et se suffit à elle-même, où l'Esprit sous forme humanoïde côtoie l'animal et la nature dans des relations qui peuvent apparaître certaines fois douteuses ou difficilement accessible du point de vue d'un adulte. Mais une touche de magie discrète et les plus petits comme les grands sauront y trouver cohérence et émerveillement.

 

Submersion au cœur de thématiques houleuses

"Vous les jeunes, traitez la vie comme si elle n'était qu'une pierre sur la route, tandis que nous les vieux, essayons de vivre aussi longtemps que possible."

Telle est la remontrance légère et sensée que fait le gardien des âmes à Qiu, un jeune esprit proche de Chun, venu le trouver pour venir en aide à son amie. Les thèmes de l'honneur, du sacrifice et de la rédemption sont centraux dans ce long métrage où on nous inculque que tout amour nécessite sacrifice et que de tout sacrifice découle l'ombre de la rédemption qui vient peser lourdement sur nos épaules.

Il s'agit aussi d'une relation triangulaire et amoureuse que les réalisateurs chinois ont trouvé le moyen de régler avec élégance et mesure, ne laissant derrière elle qu'une touche à la fois pleine de tendresse et d'amertume.

En bref, une œuvre pure, du sensationnel à tous les niveaux qu'ils soient visuel, du fait des paysages colorés et époustouflants, des personnages tous différents et travaillés, des mouvements fluides au semblant réalistes, ou encore auditif avec outre les mélodies douces et attractives,  et les chants envoûtants, des effets d'eau, de bruissements de feuilles ou de respirations qui donnent vie aux personnages et aux environnements mythiques et naturels dans lesquels ils se placent. Seules ombres au tableau, quelques concepts difficiles à saisir à prime abord du fait d'un manque de connaissance personnel des théories taoïstes et des méchants qui n'en sont pas vraiment mais qui restent de vrais mystères, car, si leurs objectifs sont compréhensibles et leurs rôles cohérents, leur orgine elle, reste floue. Dommage.

En bref, une régalade sans prétention à découvrir sans tarder!

 

Notation

OST ♥♥♥♡♡

Emotion ♥♥♥♡♡

Scénario ♥♥♥♡♡

Graphisme ♥♥♥♥♥

Personnages ♥♥♥♡♡

Synopsis :

Chun est un être céleste chargé de s'occuper des bégonias. À ses 16 ans, elle est envoyée dans le monde des humains sous la forme d'un dauphin afin d'accomplir son rituel de passage à l'âge adulte. A cette occasion, Kun, un humain, lui sauve la vie, mais perd alors la sienne. Touchée par le courage et la gentillesse du jeune homme, elle décide de tout faire pour ranimer son esprit et le ramener jusque chez lui. 

Genre : Drame,Fantastique,Amour & Amitié

Trailer

Mots clés : ANIME